Le stress au service de la magie

Par Christopher Ruthenbeck


Le Système de Base de Fate et Fate Édition Accélérée sont deux jeux extraordinaires mais il existe un risque qu’ils ne répondent pas toujours à vos besoins. La Base utilise deux jauges de stress et l’Accélérée n’en utilise qu’une seule, et elles remplissent parfaitement leur rôle. Il existe cependant des cas où vous souhaitez en faire autre chose que ce pour quoi elles ont été pensées et lorsque cela arrive, vous allez devoir inventer votre propre jauge de stress. Le Système de Base de Fate vous propose des pistes intéressantes pour modifier votre jeu mais le système des Extras repose essentiellement sur des ajustements des compétences et des prouesses, plutôt que sur modifications des jauges. Cet article vous présente une nouvelle jauge de stress à l’intention des utilisateurs de magie, tout en détaillant le processus de création.

Bien qu’il soit un composant fort utilisé de Fate, le stress retient moins l’attention que les compétences, les prouesses et les aspects. Les compétences et les prouesses sont simples à utiliser pour les joueurs : 4 actions, 4 résultats, et une grande liberté de création pour les utiliser. Les aspects, eux aussi, sont assez simples à comprendre : ce sont des éléments importants concernant le personnage, la scène, le monde et tout le reste. Le stress, d’un autre côté, est un concept plus nébuleux, rappelant les points de vie d’autres jeux de rôles. Cela l’amène à être souvent négligé. Il est constamment utilisé dans les conflits pour sauver votre peau et en dehors pour les réussites avec un prix. Toujours présent en arrière-plan, permettant à votre personnage de briller. Mais il pourrait faire tellement plus. La Base ou l’Accélérée utilise le stress de la même façon : chaque case dispose d’une valeur, entre 1 et maximum 4 (maximum 3 pour l’Accélérée) et lorsque vous cochez l’une d’entre elles, vous réduisez les rangs d’une attaque de la valeur de la case. Une autre façon de le voir : cocher une case et ajouter sa valeur à votre jet. Si vous ratez votre jet de défense de 2 rangs et que vous cochez votre deuxième case de stress, vous ne subissez aucune conséquence ni n’êtes mis hors-jeu, n’est-ce pas ? Cela agit de la même manière qu’un bonus à votre jet.

Le stress est un coût, certes, mais un que l’on choisit de payer. En cas d’échec d’un jeu de dés, une des options est d’obtenir quand même ce qui est souhaité, mais à un prix fort. Le stress en est la monnaie en ce qui concerne les jets de défense ratés. Si vous ne payez pas, vous n’obtenez pas ce que vous voulez et alors que votre agresseur si — la plupart du temps vous mettre hors-jeu.

Pour la plupart des jeux utilisant la Base, les deux jauges de stress sont suffisantes. Le stress mental alimente les capacités basées sur votre détermination et le stress physique représente le dépassement de vos capacités physiques. Les conflits physiques ont rarement une incidence sur le mental et vice versa, une combinaison intéressante est d’utiliser la jauge de stress pour les capacités ayant une influence sur les conflits de l’autre.

FEA ne dispose que d’une seule jauge de stress, il est alors souvent préférable d’en créer une nouvelle, plutôt que de prélever des ressources sur celle existante. Alimenter vos capacités en pompant à la même source que celle qui vous évite d’être mis hors-jeu est la plus sûre des façons de l’être très rapidement !

Une image très classique de la fantasy est le magicien ou le sorcier, utilisant la magie pour accomplir l’impossible : Harry Dresden ou Anita Black, dans les livres des séries éponymes, Eragon le chevaucheur de dragon de la série Héritage, Merlin dans les mythes arthuriens, Luke Skywalker dans Star Wars. Nous avons très souvent vu ou entendu parler de cette figure : celui qui peut accomplir l’impossible grâce à ses pouvoirs mystiques.

Pour certains jeux, vous allez vouloir plus que le stress par défaut à dépenser de la façon habituelle. Parfois, Extras peuvent vous aider à y arriver mais ils peuvent avoir besoin de plus que les compétences et les prouesses. Le stress peut remplir ce rôle lorsque ni les compétences ni les prouesses ne peuvent vous aider à arriver à ce que vous voulez.

Alors que les compétences sont utiles pour résoudre les problèmes directement, d’où les quatre actions, et que les prouesses vous rendent meilleurs dans l’utilisation de vos compétences, le stress, lui, peut fonctionner comme un modificateur pour les deux. C’est un subtil changement de portée par rapport aux compétences et aux prouesses, n’entrant pas toujours en jeu, mais toujours là pour vous aider à réaliser des actions. Par exemple, vous êtes dans une course poursuite et vous devez surmonter un obstacle pour sauter par-dessus un mur. Vous obtenez un résultat égal à la difficulté, ce qui signifie une réussite à prix moindre. Vous et le MJ décidez que ce prix sera un point de stress. Vous êtes toujours en course mais un peu plus près d’être mis hors-jeu.

La première étape est de décrire cette nouvelle jauge de stress. Pas plus de trois phrases sont requises, car il s’agit juste d’avoir une idée de ce à quoi sert cette jauge et de pouvoir y revenir plus tard pour y puiser de l’inspiration si vous êtes coincé. Pour cette étape, gardez en tête la règle d’or de Fate : « Décidez de ce que vous voulez faire en premier, consultez ensuite les règles pour vous y aider ». Fate est un jeu orienté sur le narratif, il est normal de commencer par le narratif pour ensuite passer aux mécanismes de jeu.

La mana est cette source d’énergie éphémère dans laquelle les mages puisent leurs pouvoirs. Elle est simple à mobiliser mais lente à se recharger. Avec elle, les mages manipulent des pouvoirs inimaginables de destruction, et de création.

Il existe de nombreuses manières de déterminer la longueur d’une jauge de stress, et aussi bien la Base de Fate que l’Accélérée en ont une par défaut. La Base de Fate utilise les compétences : vous démarrez avec 2 cases, et vous obtenez un bonus au niveau de compétences les plus élevées. FEA utilise un nombre de cases prédéfini de 3.

Utiliser les compétences est parfait pour les stress génériques : plus vous êtes doué pour quelque chose (c’est à dire avec une compétence plus élevée), plus vous pouvez supporter de stress en parallèle dans ce domaine. Une longueur fixe a comme intérêt de permettre un ajout simple de nouvelles jauges de stress, puisqu’elles seront de même longueur que la jauge existante mais les jauges de taille fixe peuvent aussi être utilisées dans la Base pour y représenter des ressources limitées.

Deux options supplémentaires existent également : se fonder sur les aspects ou encore sur les prouesses. Les aspects ont ceci d’intéressant qu’ils contraignent la taille de la jauge de stress : les aspects de votre personnage sont limités, aussi consacrer un de ses aspects à sa jauge de stress en dit long sur lui. Les prouesses favorisent des personnages spécialisés : plus il y a de prouesses en la relation avec cette catégorie de stress, plus celle-ci est longue.

La jauge fondée sur les aspects est proposée dans la Boîte à Outils de Fate pour la jauge de Richesse. Elle commence à deux cases, comme celles influencées par les compétences, mais elle est augmentée de 1 pour chaque aspect expliquant pourquoi elle pourrait être plus longue. Des aspects comme Richissime ou Économies accumulées peuvent augmenter la taille de la jauge.

Lier le stress aux prouesses démarre de la même façon, avec 2 cases de base, et vous gagnez une case de plus toutes les deux prouesses attachées à cette jauge de stress. Notez que les prouesses n’ont pas besoin d’être alimentées par le stress en question, elles doivent juste lui être liées.

Si vous créez une nouvelle catégorie pour FEA, il est préférable de ne pas utiliser les approches, car elles recouvrent déjà de nombreuses facettes de votre personnage. En suivant cette logique, les jauges de stress pour FEA auront soit une longueur fixe, soit par aspect, soit par prouesse. L’exemple proposé ici, la mana, s’appuie sur les prouesses, et peut être utilisé aussi bien pour la Base que pour l’Accélérée.

La jauge de stress attachée aux compétences est limitée par construction : la valeur de la compétence elle-même est limitée, et la pyramide des compétences vous empêche de l’augmenter trop haut, trop vite. De même, s’appuyer les aspects limite la jauge à 7 cases, votre personnage n’ayant que 5 aspects. La jauge à longueur fixe est par définition limitée. Mais pour si vous utilisez les prouesses, il est nécessaire de réfléchir à ce maximum : un personnage débutant, avec ses 3 prouesses de base et deux restaurations convertibles, peut se retrouver avec cinq prouesses attachées à cette jauge de stress, ce qui donnerait un maximum de 4, augmentable à 5 lors de la prochaine étape. En général, une valeur entre 4 et six constitue un bon maximum, à moins que vous ne préfériez donner une grande puissance aux personnages. Dans ce cas, un maximum de 8, ou même aucun maximum, peut être appliqué.

Les mages les plus puissants peuvent concentrer plus de mana : cette catégorie sera attachée à des prouesses. Elle démarre à 2 cases, et augmente de 1 à chaque fois que le mage a deux prouesses magiques. Les mages les plus puissants peuvent accomplir des merveilles mais ils doivent consacrer leur existence à leur art. Pour l’instant, le maximum en est fixé à 5.

Maintenant que nous avons défini ce qu’est notre nouvelle jauge de stress et sa longueur, la prochaine étape est de déterminer comment ce stress pourra être dépensé. Par défaut, le stress se dépense pour des réussites à un prix, mais ce n’est qu’une des options possibles. Il pourrait vous donner un bonus à votre jet, ou s’utiliser à la place de points Fate. Un bon exemple de « stress comme point Fate » est le chapitre Les munitions dans Fate : dépensez un point de Munitions pour relancer un jet de Tir, si vous avez une arme à feu.

Il existe une petite mais importante différence entre utiliser le stress pour obtenir un bonus à un jet et l’utiliser pour une réussite avec un prix. En surface, les deux se ressemblent mais ils peuvent aboutir à des résultats très différents. Disons que vous échouez à votre jet, à 1 près. Si le stress vous permet de payer les réussites avec un prix, vous cochez une des cases et vous vous en êtes sorti. Mais s’il vous apporte un bonus alors une case de cochée et cet échec se transforme en égalité, voire si vous cochez 4 cases, en réussite avec style !

Le choix final dépend du rendu que vous souhaitez avoir. Le bonus donnera un sentiment d’action et de puissance. La réussite avec un prix donnera un sentiment de réagir à quelque chose et d’être défensif. Le stress, dans ce cas, dénote une résistance, une endurance. Définir une nouvelle jauge de stress est plus un art qu’une science, comme le démontre cet article. Il est tentant de sous-évaluer la méthode d’une réussite avec un prix, car un bonus peut sembler plus avantageux. Mais il est important de garder en tête l’objet de la nouvelle jauge de stress. Il n’y a toutefois pas de bonne ou de mauvaise manière de faire. Uniquement celle qui semble juste. En cas de doute, se référer à la description initiale pour y piocher des idées.

Chaque case de la jauge de stress de Mana sera l’équivalent d’un point Fate. Son utilisation se fait de manière analogue, ce qui veut dire que les cases de Mana représentent un point Fate « magique ». Chaque case de stress compte pour un point Fate, indépendamment du nombre de cases dont vous bénéficiez. Pour les utiliser, les mages doivent choisir des prouesses qui y donnent accès. Un bon début est de commencer par la Base de Fate qui parle des prouesses utilisables en dépensant un point Fate. Dans les grandes lignes, au lieu des classiques « une fois par session » ou « dans circonstances limitées », qui imposent des restrictions à l’utilisation des prouesses, vous devez à la place dépenser une case de stress de mana. Par exemple, un mage peut envoyer un jet de flammes à une cible unique à tout moment, sans dépenser de point de mana (c’est une attaque à distance classique) mais affecter une zone entière demande la prouesse Boule de Feu : cochez une case de stress de Mana pour attaquer toutes les cibles présentes dans la zone choisie.

Fate Édition Accéléré dispose d’une prouesse type similaire, avec la condition « par session », aisément modifiable pour demander la dépense d’une case de stress en lieu et place d’une utilisation par session. Bien évidemment, la Base et l’Accélérée étant fortement compatibles, il est facile d’utiliser les options de prouesse de l’un pour l’autre système.

Après une dépense de stress, vous devrez le récupérer. La méthode standard permet de regagner toutes les cases cochées après un conflit, dès que les personnages ont l’occasion de souffler. Simple, sans comptabilité. Toutefois, il peut y avoir des cas où vous souhaiterez procéder différemment. La jauge de Munitions mentionnée précédemment demande un jet de Ressources, représentant l’achat de cartouches. De même la jauge de richesse de la Boîte à Outils de Fate dispose de son propre système de récupération. Pour faire bref, vous devez trouver des sommes d’argent, trésors ou paiements, et le rang de cette somme détermine le niveau de stress récupéré. La méthode employée devrait être cohérente avec ce que vous avez déjà défini de la jauge : ce qu’elle représente et pourquoi elle existe. Une jauge de stress pour super héros doit être récupérée plus souvent, pour permettre aux héros d’être plus souvent héroïques ! D’un autre côté, pour un univers plus sombre, où le pouvoir a toujours un prix et où le plus simple des sorts est puissant, la récupération du stress devrait avoir un prix proportionnel.

Puisque le mana est simple à utiliser mais lent à récupérer (comme précisé dans la description initiale), nous allons introduire une troisième possibilité : la descente. Au lieu d’effacer les cases de stress automatiquement à la fin d’une scène, effacez-la et cochez la case immédiatement à sa gauche. S’il s’agissait de la première case, elle disparaît simplement. Cette méthode vous garantit au minimum une case de stress pour chaque scène. Puisque le mana est utilisé pour alimenter seulement les sorts les plus puissants, votre mage reste capable d’utiliser les sorts plus simples gratuitement.

Et voici notre jauge de stress de mana dans toute sa splendeur !

La mana est cette source d’énergie éphémère dans laquelle les mages puisent leurs pouvoirs. Elle est simple à mobiliser mais lente à se recharger. Avec elle, les mages manipulent des pouvoirs inimaginables de destruction et de création.

Obtenir la mana

Pour bénéficier d’une jauge de mana, votre concept doit mentionner votre entraînement ou votre statut en tant que mage. La jauge commence avec 2 cases et augmente d’une case à chaque fois que votre personnage prend deux prouesses magiques, jusqu’à un maximum de 5 cases. Chaque case de stress de mana a une valeur de 1.

Dépenser la mana

Le stress de mana peut être utilisé uniquement au travers de prouesses qui permettent son utilisation. Toute prouesse que vous créez, requérant en temps normal un point Fate, pourra nécessiter à la place la dépense d’une case de stress de mana. Pour qu’une prouesse soit comptabilisée comme prouesse magique, il est nécessaire qu’elle modifie ou améliore votre capacité à lancer des sorts, même sans demander la dépense d’un stress de mana.

Récupération de la mana

À la fin de chaque scène, faites reculer d’un niveau chaque point de stress de mana. Effacez chaque case cochée et cochez la case à sa gauche. Dans le cas de la première case de la jauge, contentez-vous de l’effacer, ce stress a maintenant disparu.

Exemples de prouesses :

Broyés par la gravité : lorsque vous réussissez avec style la création d’un Piège gravitationnel ou tout autre aspect similaire, vous pouvez infliger 2 stress de dégât à la place de l’avantage habituel.

Boule de feu : cochez une case de stress de Mana pour attaquer toutes les cibles présentes dans la zone choisie.

Attaque concentrée : choisissez une de vos attaques magiques. Cochez une case de stress de mana pour bénéficier d’un bonus de +2 à vos attaques avec le sort en question.

Mains vertes : lorsque vous lancez un sort visant à contrôler la flore environnante, vous bénéficiez d’un +2 à votre jet pour créer un avantage.

Projectile magique : lorsque vous attaquez plusieurs cibles en divisant les rangs de votre attaque, vous gagnez +2 à votre jet d’attaque.

Magie versatile : une fois par scène, vous pouvez cocher une case de stress de mana pour invoquer votre concept, de la même façon que si vous aviez dépensé un point Fate.